par Pete Exline

J'ai interrogé des cornistes européens pour leurs styles de jeu, leur équipement et leur embouchure dans le cadre d'un projet pendant un congé sabbatique en 1964-65 de ce qui est maintenant connu sous le nom de Eastern Washington University. L'étude devait se concentrer sur les caractéristiques nationales du jeu de cor dans certains pays européens. J'avais réfléchi à ce projet pendant plusieurs années et j'avais sondé diverses personnes sur leurs opinions sur la justification d'une telle entreprise.

Le directeur du département de musique était positif, mais le président du collège, qui n'était pas enclin à la musique, n'en était pas sûr. Il m'a demandé de fournir des lettres de soutien d'autorités reconnues. J'avais parlé à Philip Farkas pour son opinion à Aspen. Il l'a trouvé génial, a suggéré quelques idées et a écrit une lettre de soutien au président. Bob Elworthy et Max Pottag ont également écrit des lettres de soutien.

Le Royal Philharmonic était en tournée à Seattle et je suis allé au concert. J'ai recherché Jim Brown, le premier cor, et lui ai brièvement parlé de mon idée. Il semblait intéressé et pensait que c'était une approche prometteuse. Heureusement, en rentrant à mon hôtel, j'ai découvert que l'orchestre logeait dans le même hôtel. La plupart de l'orchestre avait migré vers le bar, et là j'ai eu une longue discussion avec Jim Brown avec quelques verres et une soirée des plus agréables. En raison des voyages européens de l'orchestre, Jim connaissait beaucoup de musiciens et de ceux qui parlaient anglais, et il m'a été d'une grande aide dans la mise en place d'un plan.

pxlin dans une camionnette
Wendell L. "Pete" Exline dans sa camionnette VW, 1965

Ma mission a été approuvée, et en juin 1964, j'ai pris l'avion de Spokane à Francfort et j'ai pris livraison d'un camping-car Volkswagen que j'avais commandé, puis j'ai commencé mon odyssée du monde du cor avec le premier arrêt à Florence, en Italie, où j'avais prévu de prendre un cours d'italien.

Des concerts d'été avaient lieu dans la cour du Palais Pitti, et c'est là que j'ai rencontré Giuseppe Bianchini, le premier cor. Il parlait assez bien anglais et a joué à Shanghai dans les années 1930, et quand Paul Meng a écrit ses articles dans The Horn Call sur l'histoire du cor chinois, j'ai découvert que Bianchini était l'un de ses professeurs.

La routine était la suivante. Tout d'abord, j'avais choisi cinq extraits qui, selon moi, pourraient représenter les domaines que je voulais étudier. Il s'agit de la 5e de Tchaïkovski, de la Symphonie n°1 de Brahms, de l'Ouverture de Rossini au Barbier de Séville, du Strauss Till Eulenspiegel et du Ravel Pavane pour une princesse morte.

Deuxièmement, j'ai utilisé mon appareil photo Rolleiflex pour photographier chaque joueur sous différents angles, y compris la position des mains, l'embouchure avec un anneau d'embouchure et l'équipement. Traugott Rohner avait inclus un symposium sur les becs en laiton dans un numéro de 1952 de L'instrumentiste. Il avait mis au point un système d'embouts buccaux de tasse à mesurer, et c'est ce que j'ai utilisé pour mesurer les embouts buccaux en cor des participants.

Le troisième était un formulaire d'information pour recueillir des informations sur chaque joueur. Certains des formulaires remplis ne contiennent pas beaucoup d'informations !

Les enregistrements ont été réalisés sur un Uher 4000 Report S. Il s'agissait d'un magnétophone portable de qualité supérieure disponible à l'époque. Un de mes amis m'en a acheté un pour un bon prix dans un échange postal à Wiesbaden. Il s'agit d'une machine à quatre vitesses avec la vitesse la plus basse de 15/16e IPS, satisfaisante pour la parole, et la 7 1/2 IPS pour la musique. L'enregistrement des extraits ne prendrait pas plus de quelques minutes et puis il restait beaucoup de temps sur la petite cassette pour la conversation.

Pour revenir à la première session à Florence avec Bianchini, la bande a été enregistrée chez lui, et comme étant une famille italienne, il y a beaucoup de bruits parasites sur la bande de bébés qui pleurent et de Vespas qui rugissent dans la rue en contrebas. Ce n'était certainement pas un bon endroit pour enregistrer. Cette session a eu lieu le 7 juillet 1964.

De Florence, je suis allé au nord jusqu'à Londres, mais je n'ai pas fait les joueurs de Londres à ce moment-là. De Londres, je suis allé à Édimbourg pour assister au festival et j'ai assisté à une représentation de l'Opéra national de Prague où j'ai pu accrocher le premier cor avant qu'il ne quitte la fosse à la fin. J'ai découvert dans ce projet que les cornistes semblent sortir de la fosse tôt ! Le premier cor était Josef Bartl. Il ne parlait pas anglais et il n'était pas sur ma première liste à inclure. Cependant, je lui ai fait comprendre que j'avais prévu d'être à Prague dans environ trois semaines et que j'aimerais l'enregistrer pour le projet.

En fait, mon camping-car VW était garé devant un restaurant tchécoslovaque à Édimbourg, et alors que j'entrais dedans, j'ai remarqué que plusieurs musiciens de l'orchestre marchaient dans la rue. Ils étaient intéressés à voir mon camping-car. Il semblait qu'ils gardaient leurs instruments à l'étage au-dessus du restaurant. J'ai suggéré que nous ayons une bière. Ils hésitaient car ils n'avaient pas d'argent ! C'était bien sûr dans l'ancien régime communiste. Je leur ai dit que j'achèterais ! Ils se sont tous allumés et nous sommes entrés. On nous a dit qu'on ne pouvait pas nous servir de la bière à moins d'acheter de la nourriture. J'ai regardé le menu et j'ai découvert que la chose la moins chère sur le menu était le minestrone (dans un restaurant tchèque ?). J'ai commandé un bol et une bière pour chacun de nous.

Un clarinettiste parlait bien anglais, et un percussionniste qui parlait un peu, et un joueur de cordes n'en parlait pas. Nous avons passé un bon moment et j'ai finalement sorti l'enregistreur et l'ai posé sur la table, mais je n'ai aucune idée de l'endroit où se trouve cette cassette. Je leur avais expliqué que j'avais l'intention d'être à Prague dans quelques semaines. Comme j'avais payé pour la soirée au restaurant, ils m'ont dit que quand je viendrais à Prague, je ne paierais pour rien ! Cela s'est avéré être vrai, et j'ai eu un merveilleux divertissement quand je suis arrivé à Prague.

J'avais vérifié auprès du parti que Bartl, le corniste, n'était pas très apprécié et je pense que c'était une situation politique avec les communistes. Néanmoins, je l'ai contacté à Prague et pris des dispositions pour l'enregistrement et l'interview. Nous nous sommes rencontrés et sommes allés à la salle d'orchestre au sous-sol du théâtre Tyl, celui où Don Giovanni de Mozart a été joué pour la première fois. Les gens étaient alors plus petits et le plafond de la salle d'orchestre était assez bas. La session d'enregistrement a été un échec. Pour une raison quelconque, la bande que j'ai utilisée était un peu trop épaisse pour l'enregistrement et a causé de sérieuses interférences avec la vitesse. Nous avons essayé plusieurs fois de le faire et rien n'a fonctionné. Je n'avais pas d'autre bande à utiliser. Pour toutes les petites bobines, j'ai utilisé du ruban adhésif que j'avais enroulé à partir de bobines de 7 1/2 pouces. D'une certaine manière, le ruban épais était entré dans le groupe. Je revenais de Prague à Munich où l'enregistreur a été fabriqué et réparé, mais la session de Prague était impossible à répéter. J'ai eu les photos et quelques informations. Comme Bartl semblait ne pas parler anglais, nous devions nous entendre en allemand. La séance a eu lieu le 12 septembre 1964.

De Munich, je suis allé à Salzbourg pour la réunion de la Société internationale de musicologie. Comme l'Orchestre Philharmonique de Vienne était présent pour le festival, j'ai pu contacter Roland Berger pour prendre les dispositions nécessaires pour le voir à mon arrivée à Vienne. C'est le 29 septembre que je me suis rendu dans son appartement où il faisait du babysitting pendant que sa femme était dans le ballet pour une représentation de Verdi Bal masqué à l'Opéra. L'arrière-plan de la bande comprend ici leur bébé qui pleure ! Il était tard et après plusieurs bières que nous avons fait l'enregistrement. Je suis parti pour Trieste tôt le lendemain matin et tout en tapant les trucs de Berger, j'ai joué l'enregistrement et j'ai découvert qu'il avait joué le Ravel en fa et non en sol, tel qu'il est écrit. Il n'avait jamais joué du Ravel auparavant. Je suppose que les bières ne m'ont pas laissé attraper celui-là.

saisie pxlin
Hiverner en Sicile

Aucune entrevue n'a eu lieu avant le printemps suivant. J'ai quitté Vienne et j'ai tourné dans les Balkans et en Grèce et en Turquie avant d'aller à Rome puis en Sicile où j'ai passé l'hiver à Taormina à travailler sur des notes pour le cours d'histoire de la musique d'enquête que j'ai enseigné.

L'interview de cor suivant eut lieu à Rome avec Domenico Ceccarossi le 10 mars 1965. Je me rendis à son appartement. Il était très sympathique. Il parlait peu anglais, mais nous avons fait l'enregistrement. Il voulait que je revienne quand son fils, qui travaillait pour Alitalia, pourrait être là et servir d'interprète. J'y suis retourné le 14 mars. Une autre cassette contenait principalement des conversations. Le fils n'a vraiment pas beaucoup aidé. J'avais acheté ses livres chez Ricordi. Ils n'avaient pas ses enregistrements et il m'a donné un mot à remettre à l'homme Ricordi à Milan pour me faire une remise sur ses disques. J'ai apprécié le temps passé avec Ceccarossi.

Depuis l'Italie, je suis retourné au nord et à nouveau à Londres. J'avais écrit à Barry Tuckwell et il m'attendait quand j'ai appelé le 15 avril 1965. Il est venu me chercher et m'a emmenée à son appartement. Nous avons fait l'interview et l'enregistrement là-bas. Nous avons déjeuné avec sa première femme et son enfant. Parce que j'avais une galerie de toit pleine longueur sur mon camping-car VW, il m'a demandé si je pouvais l'accompagner dans un magasin d'encadrement où il avait fait encadrer un Tanka (peinture religieuse tibétaine) et que nous pouvions le ramener à la maison par-dessus Le bus. C'était assez lourd, mais nous l'avons fait livrer. Il l'avait acheté en Inde à des Tibétains qui l'avaient ramené de Chine en tant que réfugiés. Les photos que j'ai prises de Barry sont alors très différentes de celles du Barry d'aujourd'hui !

Le lendemain (16 avril), je suis allé chez Jim Brown. C'était comme au bon vieux temps de l'avoir vu à Vancouver alors qu'il était en tournée avec le Royal Philharmonic. Nous avons eu un bon dîner et après le dîner, nous avons finalement fait l'enregistrement. Je pense que les verres après le dîner ont quelque peu affecté l'enregistrement. Il était tard ce soir-là que je rentrai chez moi à Londres. Jim Brown n'a jamais eu la renommée de Barry et Civil, mais je pense qu'il était leur égal.

Je suis allé chez Alan Civil le 25 avril. Shirley ne s'en souvient pas, mais j'étais là et j'ai pris des photos de leurs enfants. Alan a joué les extraits et nous avons bu beaucoup de bière pendant la soirée. C'est peut-être la raison pour laquelle les notes que j'ai sur lui sont très clairsemées !

J'ai passé l'après-midi du 30 avril avec Reginald Morley-Pegge. C'était un moment délicieux. Il m'a montré sa collection de cors, qu'il avait dans un hangar à l'arrière de la maison. Barry avait suggéré que je lui parle, et je suis très heureux de l'avoir fait. Peg a joué en France et était de l'école française. Il n'a pas essayé de me jouer les extraits.

J'ai quitté Londres peu de temps après et suis allé à Amsterdam en train où j'avais pris rendez-vous avec Adriaan van Woudenberg, premier cor de l'Orchestre du Concertgebouw. Nous avons fait l'enregistrement sur la scène du Concertgebouw le 2 mai. C'était étrange d'être seul sur la scène où j'avais entendu l'orchestre lors de précédents voyages en Europe.

pxlin à Athènes
avec des amis rencontrés sur la route, dans une taverne d'Athènes

Bob Elworthy m'avait donné une lettre d'introduction à Adriaan, il y avait donc un lien personnel. Je me suis arrangé pour laisser mon camping-car garé devant la maison d'Adriaan puis je suis allé à Moscou en train, où j'espérais enregistrer Valerie Polekh. Mes espoirs ont été déçus lorsque les douanes soviétiques ne m'ont pas laissé emporter l'enregistreur. Ils ont dit que je devais avoir une lettre du ministère de la Culture pour l'apporter. Bien sûr, je n'avais pas le temps d'obtenir une telle lettre, et j'ai laissé la machine avec eux. Ils ont dit que je pourrais le récupérer à mon retour. Je n'allais pas revenir à ce point, mais remonterais au nord et à l'ouest de Leningrad (c'est ainsi qu'on l'appelait alors). Ils ont dit qu'ils l'enverraient là-haut.

Je suis allé à Moscou et Intourist a contacté Polekh qui est venu à mon hôtel le 10 mai où nous avons rencontré l'interprète que j'avais prévu, et nous avons procédé à l'entretien dans ma chambre d'hôtel. L'interprète était une jolie jeune femme qui se trouvait être pianiste mais ne connaissait rien au cor. Polekh et moi avons eu recours à l'allemand et nous nous sommes bien entendus. J'ai eu les photos, mais, bien sûr, il n'y a pas eu d'enregistrement. Il m'a donné un enregistrement dédicacé du Concerto de Gliere. Comme vous le savez, Glière l'avait écrite pour lui. Et donc cette rencontre a été quelque peu décevante. J'avais espéré rencontrer le premier cor à Leningrad, mais le temps de mon visa était limité et je ne pouvais tout simplement pas m'arranger pour cela. J'ai récupéré l'enregistreur, mais c'est une autre histoire.

Aucun des Scandinaves n'était sur ma liste, et je suis rentré à Amsterdam via Helsinki, Stockholm et Copenhague. À mon retour à Amsterdam, je suis arrivé le jour de l'anniversaire de la fille d'Adriaan. Je le savais, alors je me suis arrêté dans une boulangerie et j'ai acheté des chocolats à emporter pour la fête.

D'Amsterdam, j'ai conduit à Wiesbaden pendant une semaine avant d'aller au nord à Cologne où j'avais arrangé pour rencontrer Erich Penzel. Nous nous sommes rencontrés au West Deutches Rundfunk où il était employé. Il ne jouait temporairement pas car il souffrait d'une sorte de problème de mâchoire, ce qui était assez douloureux. Il parlait bien anglais.

Ensuite, il y avait Heinrich Keller à Hambourg, et le 6 juin j'ai passé l'après-midi chez lui où nous avons fait l'interview. Son anglais était très limité, mais nous avons réussi avec mon allemand limité. Sa famille était très sympathique et j'ai été invité à rester pour le dîner. J'ai de bonnes notes sur lui.

J'étais à Munich le 12 juin pour interviewer Kurt Richter, premier cor de la radio nationale bavaroise. Richter semblait un peu irrité par la situation. De toutes les personnes que j'ai rencontrées, il était le seul qui n'était pas trop amical et coopératif. Son jeu n'était pas le meilleur. C'était peut-être juste une mauvaise journée.

L'entretien final a eu lieu le 20 juillet 1965 à Paris. J'avais écrit à Lucien Thevet auparavant, et quand j'ai appelé la maison, j'ai rencontré sa fille, qui parlait couramment l'anglais. Elle m'a demandé de rappeler après avoir discuté avec son père d'un rendez-vous pour nous. Alors je suis allé chez Alphonse-Leduc et j'ai acheté sa Méthode en deux volumes et je l'ai rencontré chez American Express, tenant les livres devant moi pour qu'il puisse me reconnaître. Nous avons traversé la rue jusqu'à ce qui est maintenant l'ancien L'Opéra et sommes allés dans une pièce à l'étage. C'était une salle très live et j'étais inquiet pour l'enregistrement. Il parlait peu anglais et j'ai dû me contenter de mon français limité. J'avais surtout voulu l'enregistrer car il utilisait le vibrato dans le vieux style français et bohème, et jouait sur un système de valve Selmer Ascendant.

Nous utilisons des cookies sur notre site Web. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les rejetez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.

Ok