thevet.jpgLucien Thévet était le dernier des cornistes de l'école française traditionnelle et était appelé par un critique « Prince du Cor ». En plus de son jeu d'orchestre, il a interprété tous les grands répertoires solistes, créé des pièces composées et dédiées par Le Flem, Françaix, Passani, Landowski et le Poulenc. Élégie (accompagné du compositeur), et a donné les premières françaises de la Britten Serenade (1945 avec Peter Pears) et du Concerto de Strauss n° 2. (1950). Il a enregistré le Ravel Pavane huit fois et l'a joué en concert plusieurs fois. Son style incluait le vibrato, typique de l'école française.

Thévet est né en 1914 à Beauvais, France. Il a étudié avec son père, un musicien amateur, dès l'âge de six ans, et à 13 ans, il était soliste avec le groupe local. Il a étudié avec Raymond Carlier (pas un corniste, mais un musicien complet qui a joué plusieurs autres instruments) et plus tard avec Fernand Reine et Edouard Vuillermoz au Conservatoire de Paris, recevant un premier prix en 1937, et a été nommé cor principal du Paris Orchestre radiophonique.

Thévet a également été cor solo de l'Orchestre du Conservatoire de Paris (1938-1967) et de l'Orchestre de l'Opéra de Paris (1941-1974). Charles Munch lui a offert le poste de cor solo avec l'Orchestre symphonique de Boston, mais Thévet a refusé.

thevet_hand_positionDans un incident célèbre à l'Opéra de Paris, Thévet a été appelé sur scène pour de nombreux rappels après avoir joué le solo hors scène de Wagner Siegfried, un événement qui a été rapporté dans la presse. La presse a également salué son jeu en solo : « M. Thévet donne une impression de perfection avec sa confiance, un phrasé incroyablement souple et un son magnifique. Thévet a réalisé de nombreux enregistrements en solo en plus des enregistrements avec l'Orchestre du Conservatoire de Paris et l'Orchestre de l'Opéra de Paris.

Thévet a enseigné à l'École normale de musique de Paris, au Conservatoire du XIXe arrondissement et pendant 34 ans au Conservatoire de Versailles. Des étudiants sont venus du monde entier pour étudier avec lui. Thévet prendrait des étudiants à n'importe quel niveau. Il a enseigné aux étudiants débutants le diapason de concert et il a enseigné la transposition par clefs plutôt que par intervalles.

Thévet jouait un cor Selmer à pistons et à troisième soupape ascendante (décrit dans le numéro d'automne 1973 de The Horn Call). En 1950, il devient conseiller technique de la société Selmer, et en 1964 il dessine pour eux un nouveau modèle de cor.

Alphonse Leduc publie Thévet Méthode Complète de Cor (1949). D'autres publications comprennent Soixante études pour cor, Cinquante exercices de transposition pour cor, Soixante-cinq études de lecture à vue pour cor, Cent exercices rythmiques en deux et trois parties pour instruments de la clé de solet Transposition : une méthode pour les chefs d'orchestre, les joueurs et les arrangeurs.

Thévet a été fait chevalier des Arts et des Lettres, a été président d'honneur de l'Association nationale française des cornistes et a été élu membre d'honneur de l'IHS (1978). Le numéro de novembre 1995 de The Horn Call contient un hommage à lui à l'occasion de son 80e anniversaire ainsi qu'un article de lui. Deux hommages paraissent dans le numéro d'octobre 2007.

Image de la position de la main avec l'aimable autorisation de Pete Exline.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur, y compris l'état de connexion. En utilisant le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ok