rittitchEugene Rittich a joué pendant 37 années remarquables dans l'Orchestre symphonique de Toronto (1952-1989), a enseigné à de nombreux élèves talentueux et a développé la sourdine Rittich, le prototype de la sourdine utilisée par la plupart des cornistes aujourd'hui. Fergus McWilliam, ancien élève et deuxième cor de l'Orchestre philharmonique de Berlin, a déclaré : « Pour autant que je sache, il n'existe aucune autre personnalité qui ait eu autant d'influence sur les cornistes canadiens qu'Eugene Rittich.

Eugene est né à Calgary, Alberta en 1928 de parents hongrois. L'année suivante, la famille déménage à Kelowna, une petite communauté agricole de la Colombie-Britannique. Son père avait étudié le violoncelle et a pu constituer un quatuor à cordes. "La première musique classique que je pense avoir entendue était un quatuor à cordes. Nous n'avions pas de radio et il n'y avait pas d'exposition à la musique live à cette époque, surtout dans une communauté rurale et dans les années 30." Un membre du quatuor a persuadé la ville d'acheter des instruments d'harmonie, et Eugène a choisi un cor alto car, avec seulement trois clés, il semblait plus facile que les autres choix.

La famille a déménagé à Victoria BC en 1941, et Eugene a étudié avec Douglas Kent, qui l'a fait passer au cor. "Douglas Kent a été mon premier professeur de cor. Il a probablement été l'influence déterminante dans ma carrière musicale." En 1946, Eugene a commencé des études au Victoria College, mais la vie universitaire semblait difficile, et lorsque Kent lui a suggéré d'auditionner pour Curtis, Eugene a décidé d'essayer une carrière dans la musique.

Eugene s'est rendu à Philadelphie à l'automne 1947 et a auditionné pour Mason Jones, qui venait de rentrer de son service de guerre. Eugène a été accepté et a commencé ses études immédiatement. Il a noté: "Jones était un joueur brillant, et je pense que j'ai probablement appris le plus en l'entendant jouer. Il était très méticuleux sur les choses de base."

Après avoir obtenu son diplôme en 1951, l'ambition d'Eugène était d'obtenir un poste dans l'un des principaux orchestres américains, mais il s'est rendu compte que s'il gagnait un tel poste, il serait enrôlé dans l'armée américaine. Il a décidé d'aller à Toronto car c'était la ville canadienne la plus proche et c'était un centre de musique. Il s'est joint à l'Union des musiciens et, après les trois mois d'attente requis, a commencé à jouer pour la Société Radio-Canada (CBC). Au printemps 1952, le premier cor de l'Orchestre symphonique de Toronto part; Eugene a auditionné et a obtenu le poste.

Il a été cor solo de l'Orchestre symphonique de Toronto de 1952 et co-principal ou associé de 1973 jusqu'à sa retraite en 1989. Il a été cor solo de l'Orchestre symphonique de la SRC (1952-1964) et de la York Concert Society (1953-1965) et membre fondateur des Toronto Winds et du Toronto Woodwind Quintet.

L'Orchestre symphonique de Toronto et l'Orchestre symphonique de la SRC partageaient un certain nombre de membres du personnel et avaient donc des horaires compatibles. C'est par l'entremise de Radio-Canada qu'Eugène a eu l'occasion de travailler avec le compositeur Igor Stravinsky. « Le CBC Symphony était bien connu par ses émissions pour faire beaucoup de musique contemporaine et pour être un orchestre de lecture virtuose. Stravinsky était intéressé à enregistrer toute sa musique et donc un accord a été conclu…. Robert Kraft dirigerait les répétitions et ensuite Stravinsky dirigeait les concerts… Il avait une touche magique."

Eugene a également étudié en privé avec Philip Farkas (1967), Frantisek Solc (1971) et Arnold Jacobs (1973). Farkas a utilisé la taille de la gorge de la cor Kruspe d'Eugène comme prototype pour le Holton Modèle H179. Eugene s'est rendu à Brno, en Tchécoslovaquie, pour étudier avec Solc et découvrir le style de jeu bohème, "parce que notre tradition de jouer du cor vient de là".

Eugene a commandé le Divertimento no 7 pour cor et cordes de John Weinzweig et la Sonate pour cor et piano d'Oskar Morawetz et a créé les deux œuvres à la radio de la SRC en 1980, le divertimento avec le CBC Vancouver Chamber Orchestra et la sonate avec Patricia Parr. De nombreux autres ouvrages lui sont dédiés.

En plus d'enseigner et de diriger à l'Université de Toronto (à partir de 1962), Eugene a travaillé pendant de nombreuses années avec les étudiants de l'Orchestre symphonique des jeunes de Toronto et, en été, avec l'Orchestre national des jeunes du Canada (fondé en 1960). Ses élèves ont été lauréats de concours à Prague, Munich, CBC et Toulon, jouent dans des orchestres partout au Canada, aux États-Unis et dans le monde, et sont maintenant eux-mêmes professeurs de cor et professeurs de musique.

Eugene a développé la sourdine Rittich au début des années 1960 parce qu'il ne pouvait pas trouver une bonne sourdine. "Les seuls étaient des modèles commerciaux qui n'avaient pas de grave alors j'ai commencé à expérimenter. J'ai essayé un cône simple, qui était simple à monter. Étonnamment cela a très bien fonctionné. J'ai commencé à les fabriquer et à les améliorer, en changeant les matériaux et les proportions J'ai utilisé." La sourdine Rittich est utilisée dans le monde entier et a souvent été copiée.

Eugene est unique en ayant été nommé un récipiendaire Punto à deux reprises – en 1988 au symposium de Potsdam NY et en 1998 au symposium de Banff, Canada. Des hommages à Eugène paraissent dans les numéros de novembre 1998 et octobre 2006 de The Horn Call, et profil dans le numéro d'avril 1990.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur, y compris l'état de connexion. En utilisant le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ok