Hans Pizka

pizka.jpgHans Pizka, en raison de son dévouement de longue date à son art et de ses activités d'ambassadeur à travers la musique, a été honoré par le Président de la République fédérale d'Autriche avec le titre honorifique de professeur. Hans est également associé à de nombreuses représentations du Siegfried Long Call, et la photo a été prise après l'une de ses performances Long Call.

Hans est né en 1942 à Metz, Lorraine, France, le fils aîné du professeur de cor Erich Pizka. Ses racines familiales s'enfoncent profondément dans la province bavaroise de Suebia, près de Fuessen et Memmingen, qui faisait alors partie de l'Autriche, et le côté maternel remonte au début du XIIe siècle à Saint-Hubert près de Kempen, non loin de Cologne et de Düsseldorf, à côté de Cleve et Xanten . Il est intéressant de noter que Xanten est le site du Siegfried de Wagner, et il y a aussi une Maria Stich du côté paternel de la famille en Haute-Autriche, de la Bohême centrale au début du XVIIIe siècle, le même siècle où Johann Wenzel Stich ( Giovanni Punto) est né.

Hans a fait ses études au Gymnase académique de Linz, en Haute-Autriche, (une école vieille de 450 ans) principalement par des professeurs de tradition jésuite. Citoyen autrichien, il parle allemand, anglais et italien, comprend et parle suffisamment d'autres langues pour communiquer (espagnol, un peu de japonais) et peut lire le grec et le thaï (lentement). Érudit en histoire, il peut également lire les écrits allemands de Suetterlin à l'ancienne et les anciens écrits de la cour française des XVIe et XVIIe siècles. Il a commencé son éducation musicale à l'âge de quatre ans au violon et a continué avec l'alto et le cor à l'âge de 16 ans. Son premier professeur de cor était son père, et plus tard il a poursuivi ses études de cor avec Gottfried von Freiberg et Josef Veleba de l'Orchestre philharmonique de Vienne. Sa première représentation publique a eu lieu à 17 ans et il a joué son premier concerto pour cor devant un orchestre professionnel à 9 ans.

Sa carrière orchestrale l'a conduit de Linz (Bruckner Orchestra), à Düsseldorf en tant que successeur de Gerd Seifert, et à Munich en tant que successeur de Norbert Hauptmann. Il a occupé la « Franz Strauss Chair » en tant que cor principal de l'Orchestre de l'Opéra d'État de Bavière à Munich de 1967 à 2007, et est appelé en tant que joueur supplémentaire ou en tant que premier cor de l'Orchestre philharmonique de Vienne. Il a joué sous les chefs Karajan, Boehm, Kleiber, Sawallisch, Mehta, Ozawa, Muti, Abbado, Kubelik, Bernstein et bien d'autres, et il a été fréquemment soliste dans des pays du monde entier. Hans a été soliste de concert, auteur de plusieurs livres importants sur le cor (Mozart et le cor, Hornist Dictionary 1986, et Wagner et le cor), conférencier, concepteur de cor, collectionneur de cor, éditeur de musique liée au cor, producteur de disques compacts et expert de presque tout ce qui touche au cor. Il a publié environ 500 titres de musique, la plupart pour ou avec cors. Il a démarré une entreprise de fabrication de cor sous sa propre marque, produisant des cors doubles et des Pumpenhorns viennois.

En 2002, Hans a terminé son sixième mandat au Conseil consultatif (1982-95 et 1997-2002), ayant servi la société à plusieurs titres, dont celui de vice-président. Il a traduit et publié The Horn Call en allemand (Hornruf) de 1983 à 1994. Toujours en 2002, l'IHS a élu Hans membre d'honneur.

Valeri Polekh (1918-2007)

polekh.jpgValeriy Vladimirovich Polekh était l'un des principaux cornistes et professeurs soviétiques de sa génération. Il chante sur son instrument, jouant avec légèreté et maîtrise de la technique. Il a dirigé le développement du jeu soviétique pour orchestre et vent solo et a écrit de magnifiques pièces et exercices pour cor. Il était connu comme interprète de la miniature du cor.

Polekh est né à Moscou en 1918. La musique était une partie importante de la vie de sa famille ; il a assisté au Bolchoï étant enfant et a joué de la balalaïka à la maison. Polekh a étudié à l'école technique musicale de la Révolution d'Octobre avec Vasily Nickolaevich Solodyev et Anton Aleksandrovich Shetnikov, tous deux membres du Bolchoï. En 1936, il joue au théâtre de chambre et fait ses débuts en solo ; l'année suivante, il étudie au Conservatoire de Moscou avec Ferdinand Eckert, un Tchèque qui a étudié au Conservatoire de Prague et s'installe à Moscou après une tournée avec un orchestre autrichien. L'année suivante, Polekh a auditionné pour l'orchestre de la radio et est devenu directeur adjoint. Cependant, attiré par l'opéra, l'année suivante, il auditionne pour le Théâtre Bolchoï et est accepté. L'année suivante (1939), il commence son service obligatoire dans l'Armée rouge, jouant dans l'orchestre du quartier général de l'armée de Moscou.

polekh3Polekh a remporté le concours d'instruments à vent de l'Union soviétique en 1941 (alors qu'il était encore dans l'armée et sur un cor emprunté), et en 1949, il a remporté le premier prix d'un concours international de solistes à Budapest lors d'un festival de la jeunesse et des étudiants en Hongrie. avec un Orchestre Symphonique des Jeunes de Moscou.

Polekh a inspiré Gliere pour écrire son concerto pour cor, et Polekh a donné la première représentation à Leningrad en 1951 avec Gliere dirigeant l'Orchestre symphonique de la radio de Leningrad. Le concerto est dédié à Polekh, et Polekh a écrit une cadence qui est dans le style du concerto et le plus souvent jouée aujourd'hui.

Polekh a fait une tournée avec le Bolchoï à Covent Garden à Londres. Il fait la connaissance des cornistes du théâtre, qui lui présentent la musique de la Britten Serenade. Polekh a donné la première représentation russe de la Sérénade en 1965 au Conservatoire de Moscou.

Polekh a joué le cor solo au Théâtre Bolchoï de Moscou pendant 34 ans et a enseigné au Conservatoire de Moscou à partir de 1981. Il a publié une méthode pour cor et édité les concertos pour cor de Mozart.

Polekh a été élu membre honoraire en 2002. Par l'intercession de James Decker, son autobiographie détaillée (Votre Valériy Polekh, traduit par David Gladen) est sérialisé en The Horn Call à partir du numéro de février 2007.

William C. Robinson (1919-2019)

robinson2.jpgWilliam (Bill) Robinson est responsable, plus que quiconque, du lancement des International Horn Workshops et de l'International Horn Society. Sa mission dans la vie a été celle d'éducateur musical.

Bill est né dans l'Oklahoma en 1919. Il a obtenu son diplôme en éducation musicale instrumentale à l'Université de l'Oklahoma en 1942 et est devenu directeur d'orchestre à Norman High School avant d'entrer dans l'armée la même année. Il a joué du baryton et du trombone dans l'orchestre de l'armée à El Paso et a commencé à enseigner le cor avec Leonard Hale, qui était également membre de l'orchestre. Il a joué dans l'Orchestre symphonique d'El Paso jusqu'à ce que le groupe soit envoyé dans le Pacifique en 1945.

Après avoir été démobilisé de l'armée en 1946, il est retourné à Norman, a obtenu une maîtrise de l'Université d'Oklahoma et a repris son poste de directeur d'orchestre à Norman High School. Il a étudié le cor avec George Yeager et a joué dans l'Orchestre symphonique d'Oklahoma City pendant sept ans.

En 1958, après avoir entendu le Chicago Symphony Woodwind Quintet et avoir fait la connaissance de Philip Farkas, il se rendit à Chicago pendant l'été pour étudier avec Phil. Ils sont devenus de bons amis - une amitié qui a duré toute la vie de Phil.

En 1959, les Robinson ont déménagé à El Paso TX, où Bill a enseigné dans les écoles publiques et a joué le premier cor de l'El Paso Symphony pendant sept ans.

Au cours de ses années dans les programmes d'orchestre secondaire, Bill a développé ce qu'on a appelé le « Breath Impulse System », qui encourageait le soutien de la respiration, la production de sons et une bonne sensation corporelle rythmique. Avec son collègue de Norman, James Middleton, et ses collègues de l'Université Baylor, Richard Shanley, Larry Vanlandingham et Gene Smith, il a écrit un livre, le Programme complet de fanfare scolaire au profit des directeurs d'orchestre de l'école. Il a ensuite publié deux livres de méthode pour cor qui ont été édités par Phil Farkas.

robinson3Bill a été professeur de cor à la Florida State University à Tallahassee en Floride de 1966 à 71. Il a été membre de l'Orchestre de chambre de la Faculté, du Quintette à vent de la Faculté et du Trio de cuivres. Pendant son séjour là-bas, il a accueilli les trois premiers ateliers internationaux de cor (1969, 1970, 1971) et a joué un rôle déterminant dans la formation de l'International Horn Society en 1970. Il a été vice-président de l'IHS pendant cinq ans (1971-76).

En 1971, il a déménagé à l'Université Baylor à Waco TX, où il a enseigné le cor et est devenu plus tard président de la division de la musique instrumentale, qui est passée de 19 à plus de 125 étudiants en éducation musicale instrumentale au cours des années 1971 à 1986, date à laquelle il a pris sa retraite. Pendant son séjour à Baylor, il a également joué dans le quintette à vent et le quintette de cuivres de la faculté, le Waco Symphony et le San Angelo Symphony.

Bill a été élu membre honoraire de l'IHS en 1978, élu au Temple de la renommée des directeurs de groupe de l'Oklahoma en 1988 et a reçu le prix Edwin Franko Goldman de l'American School Band Directors Association en 1995. Il a été membre fondateur de la dernière organisation en 1953. En 1999, il a été honoré à l'Université Baylor en tant que fondateur de la Chamber Music Society à Waco.

Bill a étudié le cor avec George Yaeger, Philip Farkas, Dale Clevenger et Arnold Jacobs et a également été aidé par Frøydis Ree Wekre et Hermann Baumann. Il a enseigné à des étudiants en cor de tous âges dans des écoles d'Orlando en Floride et des régions avoisinantes pendant sa retraite jusqu'à peu de temps avant sa mort.

Verne Reynolds (1926-2011)

reynolds. JpgVerne Reynolds est célèbre pour ses compétences techniques, ses nombreuses publications (y compris des études techniquement difficiles) et son enseignement inspirant qui a favorisé le développement technique. Ses étudiants jouent dans des orchestres du monde entier et enseignent dans les grandes universités, et son enseignement a influencé le cor professionnel comme peu d'autres l'ont fait.

Reynolds est né en 1926 à Lyon KS et a déménagé jeune à Lindsborg, où Bethany College a mis sa faculté à la disposition des habitants de la ville. Il a commencé l'étude du piano à l'âge de huit ans avec Arvid Wallin, qui Reynolds considère comme son professeur le plus influent, et a également chanté dans une chorale d'église, dirigée par Wallin, jusqu'à l'université. Il a commencé le cor à 13 ans lorsque le directeur d'orchestre du lycée lui a remis un instrument et lui a donné des cours particuliers.

Reynolds est entré dans la Marine après le lycée, jouant du piano dans un orchestre de danse et parfois du cor dans un orchestre militaire. En 1946, il est allé au Conservatoire de Cincinnati, étudiant le cor avec Gustav Albrecht, qui était dans sa dernière année avec le Cincinnati Symphony. Albrecht préparé Reynolds pour une audition pour la symphonie, et Reynolds a obtenu le poste à l'âge de 20 ans. Il est passé du piano à la composition.

Reynolds a obtenu son diplôme en composition du Conservatoire de Cincinnati en 1950 et une maîtrise à l'Université du Wisconsin en 1951. Il a fréquenté le Royal College of Music de Londres grâce à une bourse Fulbright en 1953-54, où il a étudié avec Frank Probyn dans une classe de cor . Dennis Brain assistait occasionnellement à la classe et faisait parfois des commentaires et des suggestions. "L'un de mes biens les plus précieux est une copie du quatrième concerto de Mozart avec les marques de Dennis Brain dessus après qu'il m'ait entraîné pendant l'un des cours de Frank Probyn", déclare Reynolds.

Reynolds joué en tant que membre du Cincinnati Symphony (1947-50), dans l'American Woodwind Quintet, et comme cor principal du Rochester Philharmonic (1959-68).

Reynolds a été professeur de cor à l'Eastman School of Music pendant 36 ans (jusqu'en 1995) et a enseigné auparavant au Conservatoire de Cincinnati (1949-50), à l'Université du Wisconsin (1950-53) et à l'Université d'Indiana (1954-59). Membre fondateur du Eastman Brass Quintet, il a enregistré et beaucoup voyagé avec ce groupe avec pour mission d'élever le niveau artistique du quintette de cuivres. "Nous essayons d'obtenir une intégrité et un niveau artistique qui se rapprochent le plus possible des meilleurs quatuors à cordes que vous puissiez imaginer."

Reynolds a commencé à composer à l'université, et sa première œuvre publiée, Thème et variations pour choeur de cuivres, a remporté le prix Thor Johnson Brass Award en 1950. Il a publié plus de 60 ouvrages (compositions, transcriptions, études, méthodes) et a reçu de nombreux prix et commandes. Son style de composition se divise en trois périodes : (1) influencé par Hindemith (années 50 et début des années 60) ; (2) douze tons (fin des années 60 et début des années 70); et (3) depuis le milieu des années 70, utilisant librement toutes les techniques qu'il connaît.

Lors du symposium IHS de 1994 à Kansas City, d'anciens étudiants ont honoré Reynolds en interprétant plusieurs de ses œuvres, avec Reynolds fournir des commentaires. En 2005, John Clark a supervisé l'enregistrement de tous les 48 études au Northeast Horn Workshop, également un hommage à son ancien professeur. Reynolds commente : « Je pense que si vous regardez attentivement les études, vous constaterez que chacune a une sorte d'objectif central. Cela a été très satisfaisant de voir l'attitude envers le livre changer au fil des ans. Je pense qu'ils commencent à servir leur objectif."

Son livre Le manuel du cor, publié par Amadeus Press en 1996, met l'accent sur de nombreux thèmes de son enseignement - la mémorisation, la pratique méthodique pour surmonter les limites et une préparation approfondie, y compris l'étude des partitions. Il a été élu membre honoraire de l'IHS en 1994.

Willie Ruff

ruff2.jpgWillie Ruff a été l'un des pionniers du cor dans le jazz, car un duo s'est produit dans des milliers d'écoles et de collèges et a été un ambassadeur international de la musique, de l'Afrique à la Russie et à la Chine.

Willie est né en 1931 à Sheffield AL, dans la région connue sous le nom de Muscle Shoals, célèbre pour ses moules d'eau douce, WC Handy, Helen Keller et ses studios d'enregistrement de musique. Willie était l'un des huit enfants et son père a quitté la famille avant que Willie n'ait un an. Sa mère est décédée de la tuberculose quand Willie avait 13 ans.

Les écoles étaient séparées à cette époque et Willie fréquentait une école médiocre pour Noirs, mais les professeurs appréciaient la musique. Willie se souvient d'une visite de WC Handy, qui jouait de la trompette et expliquait sa musique aux élèves, et plus tard l'école avait un directeur d'orchestre à temps partiel. Willie a commencé à chanter lorsqu'il était enfant et a appris la batterie auprès d'un voisin et le piano à l'église. Il a également appris à jouer du "hambone" - en utilisant les mains contre des parties du corps telles que la poitrine et les cuisses, une technique développée par les esclaves lorsque leurs tambours traditionnels étaient interdits.

Après la mort de sa mère, Willie est allé vivre avec son père et a fréquenté le lycée d'Evansville IN. L'année suivante, en 1946, à 14 ans, il ment sur son âge, contrefait la signature de son père et s'engage dans l'armée dans l'espoir de développer une carrière de batteur. Lorsque le groupe avait trop de percussionnistes et que les cors (jouant des mellophones - "peck horns") étaient la section la plus faible, Willie s'est porté volontaire pour apprendre à jouer du cor. Il a appris tout seul à partir d'un livre de méthode d'Oscar Franz, s'exerçant dans la chaufferie.

Quand Willie avait 16 ans et jouait dans le groupe de la base aérienne séparée de Lockbourne près de Columbus OH, il a commencé à prendre des leçons d'Abe Kniaz, premier cor de l'Orchestre philharmonique de Columbus. Il a découvert qu'il avait utilisé des doigtés incorrects et a rapidement amélioré sa technique, ses connaissances musicales et d'autres connaissances sous la direction de Kniaz. C'est alors qu'il était en poste à Lockbourne que Willie a rencontré son futur partenaire en duo, Dwike Mitchell. Willie a également appris à jouer de la basse à la demande de Dwike et a obtenu son diplôme d'équivalence d'études secondaires.

Willie a quitté le service pour fréquenter l'Université de Yale, dont il détient à la fois des diplômes de premier cycle et des cycles supérieurs. Après avoir obtenu sa maîtrise en 1954, il a essayé de gagner un poste dans un orchestre symphonique américain, mais a constaté que les musiciens noirs n'étaient pas encore les bienvenus dans ces rangs. Au lieu de cela, il a accepté un poste avec le Tel Aviv Symphony. Peu de temps avant son départ, il a regardé The Ed Sullivan Show et a vu non seulement le groupe de Lionel Hampton mais, à sa grande surprise, son ami Dwike Mitchell au piano. Après avoir contacté son vieil ami, Willie a été invité à rejoindre le groupe Hampton et il n'est donc jamais allé en Israël. En 1955, les deux amis quittent Hampton pour former le Mitchell-Ruff Duo, avec Willie au cor et à la basse.

Depuis 1955, le Duo a enregistré, joué et donné des conférences sur le jazz aux États-Unis, en Asie, en Afrique et en Europe. Il avait l'avantage, se souvient Willie, d'être le groupe le moins cher du jazz, et il a donc été réservé comme deuxième acte avec les meilleurs et les plus chers groupes de l'époque - Dizzy Gillespie, Louis Armstrong, Duke Ellington, Count Basie - en Birdland, les Embers, le Village Vanguard, Basin Street East et d'autres discothèques de premier plan. Ils chevauchaient tous la crête de l'une des époques les plus populaires du jazz - une époque qui allait bientôt se terminer avec l'avènement du rock et la domination de la télévision.

À la fin des années 1950, ils ont fait de nombreuses tournées pour un groupe appelé Young Audiences, jouant et faisant des démonstrations de jazz pour les élèves des écoles primaires et secondaires, et depuis le milieu des années 1960, leur format principal a été et est toujours le concert universitaire. Ils en donnent 60 ou 70 par an sur les campus universitaires. C'est le duo Mitchell-Ruff qui a introduit le jazz en Union soviétique, en 1959, jouant et enseignant dans les conservatoires de Leningrad, Moscou, Kiev, Yalta, Sotchi et Riga ; et c'est le Mitchell-Ruff Duo qui a emmené le jazz en Chine, en 1981, jouant et enseignant dans les conservatoires de Shanghai et de Pékin. Avant le premier voyage, Willie a appris lui-même le russe, sa septième langue, et avant le deuxième voyage, il a appris le chinois mandarin, se permettant ainsi d'expliquer à ses auditeurs, dans leur propre langue, les racines et la lignée du jazz américain, avec Dwike démontrant sur le piano.

Willie a rejoint la faculté de Yale en 1971 et a enseigné l'histoire de la musique, des cours d'ethnomusicologie, un séminaire interdisciplinaire sur le rythme et un cours d'arrangement instrumental. Il est directeur fondateur du programme de bourses Duke Ellington à Yale, une organisation communautaire qui parraine des artistes de classe mondiale qui encadrent et jouent avec des étudiants de Yale et de jeunes musiciens du système scolaire public de New Haven. Le programme amène les géants de la musique noire américaine à New Haven tout au long de l'année pour enseigner à Yale et dans les écoles publiques à prédominance noire de la ville : des chanteurs comme Odetta et Bessie Jones, des arrangeurs comme Benny Carter, des danseurs de claquettes comme Honi Coles et des instrumentistes comme Charlie Mingus et Dizzy Gillespie.

Les mémoires de Willie en 1992, Un appel à l'Assemblée, a reçu le prix Deems Taylor ASCAP. Il a également beaucoup écrit sur Paul Hindemith, l'un de ses professeurs à Yale, et sur son association professionnelle avec les compositeurs américains Duke Ellington et Billy Strayhorn. Strayhorn a écrit une suite pour cor et piano pour Willie et Dwike. Ses collaborations avec le géologue de Yale John Rodgers sur l'astronomie musicale du scientifique du XVIIe siècle, Johannes Kepler, ont abouti à un important enregistrement « planétarium pour l'oreille » et largement publié dans des revues internationales d'astronomie. Willie a également écrit sur la musique et la danse en Russie et sur l'introduction du jazz américain en Chine. Le cinéma est également un outil pédagogique important pour lui, et il a rendu visite aux pygmées de la République centrafricaine, aux maîtres batteurs de Bali, aux tribus du Sénégal et à diverses autres sociétés éloignées pour réaliser des films sur leur musique et leur langue.

Willie a été élu membre honoraire de l'IHS en 2001. En 2005, lui et Dwike ont donné un concert entraînant au Northeast Horn Workshop à Purchase NY avec l'ancien professeur de Ruff, Abe Kniaz, dans le public. Willie a dit : « Combien de personnes donnent un concert à 73 ans et ont leur professeur dans le public ? Willie se souvient qu'on lui avait dit que la musique ne signifiait rien à moins qu'elle ne raconte une histoire, et c'est toujours ainsi qu'il la joue.

 

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur, y compris l'état de connexion. En utilisant le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ok