Barry Tuckwell (1931-2020)

tuckwell2.jpgBarry Tuckwell était le nom le plus reconnaissable du cor solo dans la seconde moitié du XXe siècle, mais il était également vénéré en tant que chef d'orchestre, éducateur et auteur. Il était présent aux premiers ateliers de cor et fut le premier président de l'IHS.

Barry est né à Melbourne, en Australie, en 1931 dans une famille de musiciens. Il a appris l'orgue, le piano et le violon et avait une hauteur parfaite. Il a commencé à jouer du cor à la suggestion de l'ami de la famille Richard Merewether, qui est devenu son premier professeur de cor. À 15 ans, Barry rejoint l'Orchestre symphonique de Melbourne en tant que troisième cor, avant de déménager à Sydney un an plus tard pour étudier avec Alan Mann au Sydney Conservatorium et jouer l'assistant de Mann dans l'Orchestre symphonique de Sydney.

En 1951, à 19 ans, Barry arrive à Londres. Au cours des quatre années suivantes, il a joué dans le Buxton Spa Orchestra, le Halle Orchestra, le Scottish National Orchestra et Bournemouth. En 1955, il devient premier cor de l'Orchestre symphonique de Londres, poste qu'il occupe pendant 13 ans. Il a également été membre du conseil d'administration de l'orchestre et président du conseil d'administration pendant six ans.

Barry a quitté le LSO en 1968 pour poursuivre une carrière solo indépendante. Il avait déjà commencé ce type de travail, la transition s'est donc faite en douceur. "Si vous êtes le principal dans un orchestre, dans un sens vous jouez davantage en public, parce que vous devez venir aux répétitions, qui ne sont pas seulement vous-même en train de jouer. L'autre chose est que si vous jouez dans un orchestre, vous en fait, vous jouez davantage. Si vous n'êtes pas dans un orchestre, vous devez faire très attention à ne pas sous-jouer. Vous devez en fait vous entraîner davantage - vous devez le faire, sinon vos lèvres s'en vont, vous perdez toute votre force. Ce n'est pas plus facile – c'est juste une autre série de problèmes." Barry était le corniste le plus enregistré au monde et a reçu trois nominations aux Grammy. Il forme un trio de cors et un quintette à vent avec lesquels il tourne et enregistre.

tuckwell hecht

photo avec l'aimable autorisation de Walter Hecht

Barry a cité comme inspirations Dennis Brain, Gottfried von Freiburg, Tommy Dorsey, l'orchestre de Chicago avec Farkas et le Cleveland Orchestra. Il a défendu le double cor lorsque la tradition britannique s'en tenait aux simples cors, et il a travaillé avec Mark Veneklasen, Walter Lawson et Holton dans les tests, l'analyse, l'amélioration et la conception de cors. Il a joué le Holton Tuckwell Model 104 avec une cloche Lawson pour son concert de retraite en 1997. Le son Kruspe était son idéal.

Barry a enseigné à la Royal Academy of Music de Londres pendant dix ans, a été artiste résident au Dartmouth et au Pomona College, a été professeur à l'Université de Melbourne et a dirigé le Tuckwell Institute pendant plusieurs étés aux États-Unis.

Barry a inspiré de nombreux compositeurs, dont Thea Musgrave, Gunther Schuller, Richard Rodney Bennett, Don Banks et Oliver Knussen, qui ont écrit des concertos ou de la musique de chambre pour lui.

Barry a fondé le Maryland Symphony Orchestra en 1982 en tant que chef d'orchestre, a été chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique de Tasmanie et a dirigé de nombreux autres orchestres tels que l'Orchestre symphonique de Londres, l'Orchestre symphonique d'Australie occidentale et l'Orchestre du Queensland.

Les principales publications comprennent :

cheminée (Guides musicaux Yehudi Menuhin)
Cinquante et unième exercices pour cor
Jouer du cor ; Un guide pratique
Éditions du grand interprète
Concertos pour cor de Mozart

En plus d'avoir été le premier président de l'IHS (1970-76), il a de nouveau été président de 1992-94, puis a continué en tant que membre du Conseil consultatif jusqu'en 1998. Il a été élu membre honoraire en 1987. Il a également été président honoraire de la British Horn Society et mécène du Melbourne International Festival of Brass.

La bourse Barry Tuckwell a été créée avec l'IHS en 1997 pour encourager et aider les étudiants en cor dignes à poursuivre leurs études et leurs performances en assistant et en participant à des master classes et à des ateliers partout dans le monde.

Barry a été fait Officier de l'Ordre de l'Empire britannique en 1965 et Compagnon de l'Ordre de l'Australie en 1992. Parmi les nombreux autres prix qu'il a reçus figuraient le docteur honoris causa en musique de l'Université de Sydney, membre du Royal College of Musique, membre de la Royal Society of the Arts, la médaille George Peabody pour contributions exceptionnelles à la musique en Amérique, la médaille Andrew White du Loyola College, le prix Harriet Cohen Memorial, le prix JC Williamson et le prix Bernard Heinze pour contribution exceptionnelle à la musique en Australie. Il était également membre honoraire de la Royal Academy of Music et de la Guildhall School of Music de Londres. En 2007, Live Performance Australia lui a décerné le James Cassius Williamson Award pour l'excellence de son interprétation.

Le numéro de mai 1997 de The Horn Call est consacré à Barry et comprend une discographie et une bibliographie.

Frøydis Ree Wekre

froydis2.jpg"Au cours d'une longue et distinguée carrière en tant que l'un des principaux cornistes au monde, en tant que professeur et personnalité culturelle célèbre, le travail de Frøydis a été d'une valeur inestimable pour l'art du cor et son répertoire de musique contemporaine. Son ton distinctif et ses capacités de communication ont conquis le public et les compositeurs du monde entier, et de nombreuses œuvres ont été écrites spécialement pour elle."

Frøydis Ree Wekre est né en 1941 à Oslo dans une famille de musiciens. Elle a étudié le piano et le violon (jouant dans le Norwegian Broadcasting Junior Orchestra) avant de se mettre au cor à l'âge de 17 ans, fascinée par le son du cor et l'idée d'avoir sa propre voix dans l'orchestre.

Ses études de cor se sont poursuivies en Suède, en Russie et aux États-Unis. Ses principaux professeurs étaient Wilhelm Lanzky-Otto et Vitali Bujanovsky. Frøydis a d'abord obtenu un poste avec l'Orchestre de l'Opéra de Norvège, puis en 1961, elle a rejoint l'Orchestre philharmonique d'Oslo et en est devenue co-directrice en 1965. En 1991, elle a pris sa retraite de l'orchestre pour être professeur de musique de chambre pour cor et vent à l'Académie norvégienne de musique. , où elle occupait déjà un poste à temps partiel.

Son rôle d'enseignante a été important pour Frøydis, et des dizaines de ses élèves jouent dans de grands orchestres du monde entier. Elle s'est vu offrir des postes de professeur dans plusieurs pays. Elle a reçu le prix Lindeman en 1986 pour ses contributions en tant qu'enseignante. Avec des collègues nordiques, elle a créé le groupe d'enseignement NORDHORNPED, dont les activités incluent l'étude de leur propre enseignement sur vidéo. Avec des collègues de l'Académie, elle a forgé des liens avec des conservatoires de musique aux États-Unis.

Reconnu à la fois comme professeur et interprète, Frøydis a donné des master classes et des ateliers à travers l'Europe et l'Amérique du Nord. Son livre Bien jouer du cor a été traduite en plusieurs langues, et elle a contribué des articles à diverses publications, y compris The Horn Call. Parfois, elle montre qu'elle joue une gamme avec les coulisses d'accordage principales enfoncées à fond, puis tirées à fond ; la gamme est juste à A=440 dans les deux cas, montrant que vous pouvez jouer juste quel que soit le cor. Elle préconise de pratiquer le bourdonnement des lèvres et du bec en attendant un bus, même si cela peut être considéré comme un peu excentrique ; "Si les gens ne vous connaissent pas, peu importe ce qu'ils pensent de vous, et s'ils vous connaissent, eh bien, ce n'est pas une surprise."

Ses CD mettent en valeur ses talents et comprennent de nombreuses œuvres qui lui ont été dédiées ou qu'elle a commandées, notamment des œuvres d'Andrea Clearfield et de compositeurs norvégiens tels que Trygve Madsen et Wolfgang Plagge.

Frøydis tire son nom d'un personnage de la saga islandaise ; en pleine guerre, sa mère a voulu lui donner le nom d'une personne forte. Son nom est maintenant reconnu instantanément dans le monde du cor, et elle préfère qu'on l'appelle par son prénom.

En 1973, Frøydis a parrainé les adhésions IHS de Peter Damm et Vitaly Bujanovsky, qui vivaient tous deux derrière le rideau de fer et n'étaient pas en mesure d'envoyer leurs cotisations aux États-Unis. En 1976, l'effort s'est formalisé dans le projet WestEast (WE) (rebaptisé Friendship Project en 2000) pour soutenir les membres dans les pays où l'économie ou les restrictions monétaires rendent impossible l'adhésion régulière.

Frøydis a siégé au conseil consultatif de l'IHS de 1974 à 1978 et de 1993 à 2000 et en tant que présidente de l'IHS de 1998 à 2000, et elle a été nommée membre honoraire de l'IHS en 1994. Elle a été co-animatrice du Symposium international de cor à Banff en 1998 et a participé à des colloques dès les premiers jours en tant qu'interprète, conférencier et maître, souvent humoristiques et toujours inspirants. Elle est célèbre pour ses prouesses à siffler, un point culminant lors des assemblées générales d'IHS par ailleurs professionnelles.

Walter Lawson (1923-2007)

loison.jpgOn se souvient de Walter Lawson pour sa chaleur et son attention autant que pour les cors qu'il a construits et réparés, et il a ouvert la voie à la recherche sur ce qui rendait les cors beaux. Il a contribué de manière importante au monde du cor et a inspiré de nombreuses personnes par son énergie, sa gentillesse et sa créativité.

Lawson, le fils de parents britanniques, a étudié le piano et le cor dans sa jeunesse à Binghamton NY. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il était mécanicien de téléscripteur pour l'Associated Press et a servi dans la police militaire de l'armée américaine et le Corps des transmissions dans le Pacifique Sud. En 1947, il entre au Peabody Conservatory, où il étudie le piano avec Frederick Griesinger et le cor avec Jerry Knop et Ward Fearn. Il était le deuxième cor de l'Orchestre symphonique de Baltimore de 1949 à 1976. "Il avait une capacité à faire correspondre le ton et l'intonation qui étaient étranges, et il faisait en sorte que tous ceux avec qui il jouait sonnent bien et se sentent à l'aise", explique Bill Kendall, son ami de toujours, collègue dans le Baltimore Symphony, et employé dans la boutique. "Un vrai joueur de section, il était toujours en 'mode support' sur scène comme en dehors."

Lawson a commencé à travailler comme réparateur d'instruments en 1949 au Ted's Musicians Shop et a ouvert son propre magasin (Lawson Brass Instrument Repair Company) en 1956. Sa réputation en tant que technicien de réparation expert et fabricant d'embouchures sur mesure s'est rapidement propagée, et de nombreux grands joueurs de cor ont recherché son expertise. et soutien. Une fascination pour l'amélioration des embouchures de cor l'a amené à développer un kit d'embouchures avec des jantes, des coupelles, des gorges et des trous arrière interchangeables qui offraient plus de 12,000 1970 possibilités ! Cela a permis aux cornistes d'expérimenter et de perfectionner un bec vraiment personnalisé, que Walter produirait ensuite. Cela a conduit à des études sur le tuyau de plomb, et au début des années XNUMX, Lawson fabriquait des tuyaux personnalisés de sa propre conception pour une installation sur des cors d'origine avec un grand succès. Il s'est ensuite intéressé à l'étude des propriétés des alliages et de la dureté des évasements en cloche.

Lorsqu'il a quitté le Baltimore Symphony, il a déménagé à Boonsboro MD et, en 1980, a formé Lawson Brass Instruments avec ses fils Bruce, Duane et Paul. La recherche et le développement de pièces personnalisées se sont poursuivis avec des modifications aux instruments existants et la production des premiers cors Lawson en 1981. L'équipe Lawson a continué à faire des innovations acoustiques et mécaniques, et la société a prospéré, produisant de nombreux modèles différents de cors doubles et à décantation ainsi que embouchures et pièces sur mesure.

L'apport de nombreux joueurs professionnels, dont Barry Tuckwell (qui habitait à proximité), a été essentiel à leur travail, et l'équipement Lawson se retrouve désormais dans les rangs des orchestres et sur les scènes de récital à travers le monde, utilisé par des professionnels, des amateurs et des étudiants. ressemblent. Walter Lawson a pris sa retraite en 2006 et la famille a vendu l'entreprise à Kendall Betts, qui perpétue la tradition Lawson dans le New Hampshire.

Lawson a exposé ses cors lors d'ateliers internationaux et régionaux, donnant souvent des présentations qui ont aidé à ouvrir la communication entre les cornistes et les fabricants. Il a été membre du Conseil consultatif de l'IHS de 1977 à 1983 et a élu membre honoraire de l'IHS en 2001. Des hommages apparaissent dans le numéro d'octobre 2007 de The Horn Call.

Paul Mansour (1926-2009)

mansur.jpgPaul Mansur s'est consacré au cor, à l'éducation et à l'IHS. Le succès de The Horn Call et une bourse à son nom assure son héritage avec l'IHS.

Paul est né en Oklahoma en 1926 et a commencé à jouer du cor dans le Wewoka High School Band. Il est diplômé de l'Académie militaire de l'Oklahoma et est entré dans la marine américaine en 1944, servant aux Philippines. À sa sortie en 1946, il entame des études d'ingénieur civil à l'Université de l'Oklahoma, mais se tourne ensuite vers la musique, obtenant des diplômes en théorie et en cor en 1951, suivis d'une maîtrise en éducation de l'Arizona State College en 1953. Après avoir enseigné en public écoles pendant six ans, il a obtenu un doctorat en éducation musicale à l'Université d'Oklahoma.

Pendant qu'il travaillait sur sa thèse de doctorat, Paul était directeur de la musicothérapie au Central State Griffin Memorial Hospital. "Je considère l'expérience comme l'une des meilleures expériences d'apprentissage et l'emploi le plus satisfaisant de ma vie, en plus d'être le poste le moins bien payé de ma carrière."

Paul a commencé ses 25 années à l'Université d'État de l'Oklahoma du Sud-Est (SOSU) à Durant OK en 1969 en tant que président du département de musique et a pris sa retraite en 1990 en tant que doyen de l'École des arts et des lettres ; il est maintenant doyen émérite.

L'expérience de jeu de Paul comprend l'Oklahoma City Symphony (en tant qu'étudiant de premier cycle), le Phoenix Symphony (en tant qu'étudiant à la maîtrise) et le cor principal du Sherman (TX) pendant 20 ans à la SOSU (y compris le transport des étudiants de la SOSU).

Au cours de ses années à la SOSU, Paul a été représentant aux comités et aux conventions de l'association d'État des départements de musique des collèges, de la Music Educators National Association et de la Jazz Educators Association. SOSU s'est engagé dans une auto-étude approfondie et est devenu un membre à part entière accrédité de l'Association nationale des écoles de musique au cours de son mandat. Il a également prêché pour l'Église bleue du Christ et plus tard avec la congrégation d'Utica.

Paul a apporté une contribution incommensurable à l'IHS depuis sa création. Il a été le troisième rédacteur en chef de The Horn Call pendant 17 ans, de 1976 à 1993. À cette époque, il était membre d'office du Conseil consultatif et a ensuite servi pendant deux mandats de trois ans en tant que membre du Conseil consultatif. De 1976 à 1999, il était la "mémoire corporative" de l'IHS. En plus de sa direction éditoriale, il a contribué de nombreux articles à The Horn Call, y compris des rapports d'ateliers, des interviews, des profils, des enregistrements et des critiques de livres, et la rubrique « Réponses de Mansur ». Il a été élu membre honoraire de l'IHS en 2003.

Paul a en outre été honoré par la création de la bourse Paul Mansur, qui offre aux étudiants à temps plein participant au symposium international de l'IHS une leçon d'un artiste ou d'un enseignant de renommée mondiale (un artiste vedette ou un membre du conseil consultatif) et un année d'adhésion à l'IHS.

Paul et sa femme, Norma, ont déménagé au Tennessee en 1995 pour se rapprocher de leur famille.

Hans Pizka

pizka.jpgHans Pizka, en raison de son dévouement de longue date à son art et de ses activités d'ambassadeur à travers la musique, a été honoré par le Président de la République fédérale d'Autriche avec le titre honorifique de professeur. Hans est également associé à de nombreuses représentations du Siegfried Long Call, et la photo a été prise après l'une de ses performances Long Call.

Hans est né en 1942 à Metz, Lorraine, France, le fils aîné du professeur de cor Erich Pizka. Ses racines familiales s'enfoncent profondément dans la province bavaroise de Suebia, près de Fuessen et Memmingen, qui faisait alors partie de l'Autriche, et le côté maternel remonte au début du XIIe siècle à Saint-Hubert près de Kempen, non loin de Cologne et de Düsseldorf, à côté de Cleve et Xanten . Il est intéressant de noter que Xanten est le site du Siegfried de Wagner, et il y a aussi une Maria Stich du côté paternel de la famille en Haute-Autriche, de la Bohême centrale au début du XVIIIe siècle, le même siècle où Johann Wenzel Stich ( Giovanni Punto) est né.

Hans a fait ses études au Gymnase académique de Linz, en Haute-Autriche, (une école vieille de 450 ans) principalement par des professeurs de tradition jésuite. Citoyen autrichien, il parle allemand, anglais et italien, comprend et parle suffisamment d'autres langues pour communiquer (espagnol, un peu de japonais) et peut lire le grec et le thaï (lentement). Érudit en histoire, il peut également lire les écrits allemands de Suetterlin à l'ancienne et les anciens écrits de la cour française des XVIe et XVIIe siècles. Il a commencé son éducation musicale à l'âge de quatre ans au violon et a continué avec l'alto et le cor à l'âge de 16 ans. Son premier professeur de cor était son père, et plus tard il a poursuivi ses études de cor avec Gottfried von Freiberg et Josef Veleba de l'Orchestre philharmonique de Vienne. Sa première représentation publique a eu lieu à 17 ans et il a joué son premier concerto pour cor devant un orchestre professionnel à 9 ans.

Sa carrière orchestrale l'a conduit de Linz (Bruckner Orchestra), à Düsseldorf en tant que successeur de Gerd Seifert, et à Munich en tant que successeur de Norbert Hauptmann. Il a occupé la « Franz Strauss Chair » en tant que cor principal de l'Orchestre de l'Opéra d'État de Bavière à Munich de 1967 à 2007, et est appelé en tant que joueur supplémentaire ou en tant que premier cor de l'Orchestre philharmonique de Vienne. Il a joué sous les chefs Karajan, Boehm, Kleiber, Sawallisch, Mehta, Ozawa, Muti, Abbado, Kubelik, Bernstein et bien d'autres, et il a été fréquemment soliste dans des pays du monde entier. Hans a été soliste de concert, auteur de plusieurs livres importants sur le cor (Mozart et le cor, Hornist Dictionary 1986, et Wagner et le cor), conférencier, concepteur de cor, collectionneur de cor, éditeur de musique liée au cor, producteur de disques compacts et expert de presque tout ce qui touche au cor. Il a publié environ 500 titres de musique, la plupart pour ou avec cors. Il a démarré une entreprise de fabrication de cor sous sa propre marque, produisant des cors doubles et des Pumpenhorns viennois.

En 2002, Hans a terminé son sixième mandat au Conseil consultatif (1982-95 et 1997-2002), ayant servi la société à plusieurs titres, dont celui de vice-président. Il a traduit et publié The Horn Call en allemand (Hornruf) de 1983 à 1994. Toujours en 2002, l'IHS a élu Hans membre d'honneur.

Valeri Polekh (1918-2007)

polekh.jpgValeriy Vladimirovich Polekh était l'un des principaux cornistes et professeurs soviétiques de sa génération. Il chante sur son instrument, jouant avec légèreté et maîtrise de la technique. Il a dirigé le développement du jeu soviétique pour orchestre et vent solo et a écrit de magnifiques pièces et exercices pour cor. Il était connu comme interprète de la miniature du cor.

Polekh est né à Moscou en 1918. La musique était une partie importante de la vie de sa famille ; il a assisté au Bolchoï étant enfant et a joué de la balalaïka à la maison. Polekh a étudié à l'école technique musicale de la Révolution d'Octobre avec Vasily Nickolaevich Solodyev et Anton Aleksandrovich Shetnikov, tous deux membres du Bolchoï. En 1936, il joue au théâtre de chambre et fait ses débuts en solo ; l'année suivante, il étudie au Conservatoire de Moscou avec Ferdinand Eckert, un Tchèque qui a étudié au Conservatoire de Prague et s'installe à Moscou après une tournée avec un orchestre autrichien. L'année suivante, Polekh a auditionné pour l'orchestre de la radio et est devenu directeur adjoint. Cependant, attiré par l'opéra, l'année suivante, il auditionne pour le Théâtre Bolchoï et est accepté. L'année suivante (1939), il commence son service obligatoire dans l'Armée rouge, jouant dans l'orchestre du quartier général de l'armée de Moscou.

polekh3Polekh a remporté le concours d'instruments à vent de l'Union soviétique en 1941 (alors qu'il était encore dans l'armée et sur un cor emprunté), et en 1949, il a remporté le premier prix d'un concours international de solistes à Budapest lors d'un festival de la jeunesse et des étudiants en Hongrie. avec un Orchestre Symphonique des Jeunes de Moscou.

Polekh a inspiré Gliere pour écrire son concerto pour cor, et Polekh a donné la première représentation à Leningrad en 1951 avec Gliere dirigeant l'Orchestre symphonique de la radio de Leningrad. Le concerto est dédié à Polekh, et Polekh a écrit une cadence qui est dans le style du concerto et le plus souvent jouée aujourd'hui.

Polekh a fait une tournée avec le Bolchoï à Covent Garden à Londres. Il fait la connaissance des cornistes du théâtre, qui lui présentent la musique de la Britten Serenade. Polekh a donné la première représentation russe de la Sérénade en 1965 au Conservatoire de Moscou.

Polekh a joué le cor solo au Théâtre Bolchoï de Moscou pendant 34 ans et a enseigné au Conservatoire de Moscou à partir de 1981. Il a publié une méthode pour cor et édité les concertos pour cor de Mozart.

Polekh a été élu membre honoraire en 2002. Par l'intercession de James Decker, son autobiographie détaillée (Votre Valériy Polekh, traduit par David Gladen) est sérialisé en The Horn Call à partir du numéro de février 2007.

Erich Penzel

jouerErich Penzel a d'abord enregistré de nombreux concertos et sonates pour cor ; sa discographie est peut-être la plus légendaire de tous les cornistes du vingtième siècle. Par son enregistrement et son enseignement, il a influencé le jeu du cor en Allemagne et dans le monde.

Penzel est né en 1930 à Leipzig, dans l'ex-Allemagne de l'Est. Il a reçu sa formation de cor à la Musikhochschule de Leipzig, où il a étudié avec Wilhelm Krüger et Albin Frehse. De 1949 à 1961 était le cor solo du Gewandhausorchester à Leipzig; de 1954 à 1960, il est membre de l'Orchestre du Festival de Bayreuth ; et de 1955 à 1961, il a enseigné le cor à l'Université de Leipzig. En 1953, il remporte le troisième prix du concours du Printemps de Prague.

En 1961, Penzel s'est échappé de l'Allemagne de l'Est et était cor solo du WDR (West German Radio Orchestra) Köln (Cologne) jusqu'en 1973.

En 1973, Penzel est devenu professeur de cor à la Musikhochschule de Cologne et de Maastricht. De nombreux cornistes importants ont depuis étudié avec lui, dont Christian Lampert, Stefan Dohr, Wolfgang Wipfler, Marie-Luise Neunecker, Claudia Strenkert, René Pagen, Will Sanders et Jens Plücker.

En 2005, Penzel a été élu membre honoraire de l'IHS et a reçu l'Ordre du mérite, première classe, pour ses réalisations exceptionnelles. Il continue d'enseigner le cor et la musique de chambre au pays et à l'étranger.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur, y compris l'état de connexion. En utilisant le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ok