Colline Douglas

colline2.jpgLes livres de Douglas Hill sont des classiques de la pédagogie du cor ; son jeu, ses compositions et son enseignement visent à étendre l'imagination des étudiants et des collègues ; et il a servi la communauté du cor en tant que soliste et clinicien et membre et président du conseil consultatif de l'IHS.

Doug est né en 1946 à Lincoln, Nebraska. Ses intérêts musicaux variés (y compris la basse jazz et la composition) ont été largement initiés et nourris par son professeur de musique au collège, Kenneth Freese. Au cours de ses années de lycée, il a solidifié plusieurs de ses techniques de jeu de cor tout en étudiant auprès de Jack Snider, professeur à l'Université du Nebraska. Il a obtenu un BM et un Performer's Certificate à l'Université d'Indiana, étudiant le cor avec Philip Farkas, et plus tard un MM de l'Université de Yale avec Paul Ingraham, avec qui il a souvent joué dans les orchestres de New York City et Joffrey Ballet.

Doug est professeur de cor à l'Université du Wisconsin depuis 1974. Il y a commencé à jouer et à enregistrer avec le Wingra Woodwind Quintet et maintenant il joue et enregistre avec le Wisconsin Brass Quintet. Après avoir obtenu son diplôme de l'IU, Hill a joué du cor solo avec le Rochester Philharmonic, le New York City Ballet, le Contemporary Chamber Ensemble of New York, l'Aspen Festival Orchestra, les orchestres Henry Mancini et Andy Williams, et pendant 30 ans avec le Madison Symphony. Il était un membre original du Spoleto Festival Brass Quintet et a joué avec les New York et American Brass Quintets.

Les nominations précédentes au sein du corps professoral incluent le Conservatoire d'Oberlin, l'École de musique d'Aspen, les Conservatoires de musique de Pékin et de Shanghai, l'Orchestre des jeunes asiatiques, le Wilkes College, l'Université de Floride du Sud, le Festival de musique de Sarasota, l'École d'été de Yale à Norfolk, l'Orchestre des jeunes d'Asie à Hong Kong, et le camp Kendall Betts Horn. Il a récemment été juge des vents et des cuivres et président de la division de la musique classique de la National Foundation for Advancement in the Arts, juge pour les concours de musique de chambre Fischoff et Coleman, et membre du jury du premier concours international de cor organisé. à Toulon, France. Hill est apparu en tant que soliste et clinicien aux États-Unis, en Allemagne, en France et en Chine, y compris dans de nombreux ateliers et symposiums internationaux, nationaux et régionaux de cuivres et de cor.

Les nombreuses publications de Doug comprennent Réflexions recueillies sur l'enseignement et l'apprentissage, la créativité et la performance de cor (2001), Techniques avancées pour le cor (1981 / 1996), Présentation des instruments : Horn Home Helper (2005), Échauffements et séances d'entretien pour le joueur de cor (2002), Haut de gamme pour le joueur de cor (2005), Du vibrato aux trilles en passant par les trémolos pour le joueur de cor (2004), des dizaines d'articles, des dizaines de compositions originales et de livres d'études pédagogiques, le vidéo/DVD éducatif Colline sur Horn, et trois enregistrements en solo et une variété d'enregistrements d'orchestres et d'ensembles de chambre, y compris Déambulations pensives : compositions de Douglas Hill, mettant en vedette des anciens élèves, des professeurs, des étudiants et le personnel de l'UW School of Music. En tant que récipiendaire fréquent de bourses de recherche, il a étudié le répertoire non enregistré pour cor et piano, les techniques étendues, le cor à main, l'improvisation et les techniques et applications de composition.

Douglas Hill a siégé au conseil consultatif de l'IHS de 1976 à 82 et de 1994 à 97. Il a été élu président de l'IHS pour trois ans à partir de 1978. Au cours de son mandat, la société a créé ses statuts constitutifs, solidifié sa constitution et ses règlements, développé le réseau de communication des coordinateurs régionaux et des représentants de zone, embauché son premier secrétaire exécutif, développé pleinement sa composition concours et commandes de projets, et a triplé le nombre de ses membres.

Hill a été élu membre honoraire de l'IHS en 2008 lors du 40e Symposium international de cor, où - comme il se doit - il s'est produit, a servi de modérateur pour quatre tables rondes sur la pédagogie, a dirigé son chœur de cor de l'université en concert et a entendu son Ensemble de chants et danses interprété par Gail Williams et son soliloques de jazz interprété par Bernhard Scully quelques heures seulement après l'annonce de l'honneur.

Ses principales compositions liées au cor comprennent :

Dix pièces pour deux cors (1969)
Cinq pièces pour trois cors (1970)
Ensemble Trio pour Cors (1971-72)
Pièces de caractère pour cor solo (1973-74)
soliloques de jazz pour cor solo (1978)
Abstraction pour cor solo et huit cors (1980)
Ensemble de jazz pour cor solo (1985)
Déambulations réfléchies pour Percussion Cor Naturel/CD (1992)
Suite de chansons dans le style jazz pour cor et piano (1993)
Un endroit pour les faucons pour voix, cor et cordes (1994-95)
Réflexions partagées pour quatre cors (1994)
Réflexions pour la cor seule (1996)
Montres pour Quintette de Cuivres (1997)
Élégie pour cor seul (1998)
Élégie pour violon et cor (1998)
Variations américaines pour quatre cors (1998)
Scènes du comté de Sand pour Nonet Mixte et Narrateur (1999)
Images tribales pour quintette de cuivres et percussions (2000)
Le glorieux privilège d'être pour Quintette de Cors (2000)
Bizarreries pour quatre cors (2004)
Bizarreries pour cor solo (2004)
Verts/Bleus/Rouges pour cor et quatuor à cordes (2005)
Verts/Bleus/Rouges pour cor solo (2005)
Variations américaines pour Quintette de Cuivres (2005)
Un ensemble de chants et de danses pour Clarinette, Cor, Vibes et Contrebasse (2006)
Un ensemble de chants et de danses pour cor seul (2006)
Souvenirs pour Cor Octuor (2007)
Trois Humeurs pour Woodwind Quintet (Longueur cor) (2005/2008)
Le livre de chansons d'Abe Lincoln pour trio de cors avec dialogue
(Et pour cor avec divers cuivres, cordes ou vents)

Julien Christophe Leuba (1929-2019)

leuba3
Présenté en tant que nouveau membre honoraire
La Chaux-de-fonds, Suisse, 2007

Chris Leuba est connu autant pour ses écrits et conférences pédagogiques et ses nombreux étudiants éminents que pour sa carrière de joueur distinguée et variée. Il a enseigné aux festivals d'Aspen et de Chautauqua, à l'Université d'État de Portland et plus particulièrement à l'Université de Washington à Seattle. Ses publications comprennent Une étude de l'intonation musicale (très considéré comme une œuvre phare pour l'enseignement des principes de l'intonation juste aux musiciens),  Règles du jeu, Concepts de phraséet Exercices de dextérité (tous utilisés par les professeurs de cuivres à travers le pays).

Chris est né en 1929 à Pittsburgh et a ensuite vécu à Seattle. Il a commencé à jouer du cor pendant sa dernière année au lycée, a étudié avec Aubrey Brain et Philip Farkas et a effectué deux mandats dans l'armée américaine (West Point et les Midlands anglais). Il a été membre du Minneapolis Symphony (maintenant l'Orchestre du Minnesota), devenant finalement cor principal, puis a servi comme cor principal avec le Chicago Symphony sous la direction de Fritz Reiner au cours des saisons 1960-1962. Il s'est également produit avec la Philharmonica Hungarica sous la direction d'Antal Dorati.

leuba4
En tant qu'étudiant à Tanglewood dans les années 1940

Une indication supplémentaire de la gamme de jeu de Chris est illustrée par le fait qu'il a interprété quatorze cycles complets du Wagner Ring en tant que deuxième cor à l'Opéra de Seattle et qu'il est apparu avec Sarah Vaughn, Quincy Jones et le big band de Bill Russo. Pendant qu'il enseignait à l'Université de Washington (1968-1979), Chris était membre du quintette à vent de la faculté Soni Ventorum et a participé au Contemporary Group de l'université.

Chris a été cor solo de l'Opéra de Portland à Portland OU pendant 23 ans et a participé aux symposiums de l'IHS pendant de nombreuses années. Il est devenu membre honoraire de l'IHS en 2007.

Wendell Hoss (1892-1980)

hoss.jpgWendell Hoss, corniste distingué et professeur vénéré, est peut-être le plus souvent associé à la fondation du Los Angeles Horn Club et de l'International Horn Society. Il a été le premier président du LAHC et le premier vice-président de l'IHS. Il est connu dans le monde du cor pour sa transcription des Suites pour violoncelle de Bach, depuis de nombreuses années le transcription à avoir, et toujours très influente. Respecté et admiré aussi en tant que vrai gentleman, Hoss a été salué comme "le doyen des joueurs de cor américains".

Hoss a connu une vaste carrière avant de s'installer à Los Angeles. Dès 1916, il avait joué du cor supplémentaire avec le Chicago Symphony lors de leur première représentation du Strauss Alpine Symphony. Il était cor solo de l'Orchestre de Cleveland (1921-22). Il retourna à Chicago (1922-23) comme cor principal, mais le quitta bientôt, ne voulant pas participer à l'humiliation de son professeur L. de la Mare, qui fut licencié à la même époque. Il fut cor solo de l'Orchestre philharmonique de Rochester de 1924 à 1930, devenant en même temps le premier professeur de cor à l'Eastman School of Music. De 1928 à 1930, il se rend à New York pour des enregistrements commerciaux et des travaux à la radio, jouant même brièvement avec le NBC Symphony. Il a de nouveau été cor solo à Cleveland (1930-32), où il a également joué en solo avec l'orchestre dans le 3e Concerto de Mozart.

hoss2Hoss a déménagé en Californie en 1933, entrant sur la scène commerciale animée. Il y resta, interrompu seulement par un engagement de deux ans (1940-41) avec le Pittsburgh Symphony, dirigé par Fritz Reiner. (À juste titre, Hoss a joué Bach pour Reiner lors de son audition.) Au cours de ses années à Los Angeles, Hoss a joué avec tous les grands orchestres de studios de cinéma, y ​​compris 18 ans avec le studio Walt Disney.

Hoss a été soliste avec les orchestres de Rochester et de Cleveland à plusieurs reprises. Il aimait également la musique de chambre, se produisant régulièrement avec les Cleveland Chamber Players et formant le Lobero Trio avec sa femme, Olive, au violon et alto et le pianiste Melvin Smith. Il a enregistré l'Octet de Schubert avec le Quatuor Kolisch à Washington DC en 1940. Il a célébré son 70e anniversaire avec une interprétation du Trio de Brahms et de Schumann Adagio et Allego.

Hoss a enseigné à l'Eastman School of Music, à l'Université du Wisconsin, à l'Université de Californie du Sud à Santa Barbara, à la Music Academy of the West, au San Diego State College et au California Institute for the Arts. Ses étudiants incluent le compositeur John Cage, Robin Graham, Keith Johnson, George Cable, Walter Hecht, Warren Greff et David Jolley.

Hoss a été membre fondateur de l'IHS, membre du conseil consultatif (1970-1976), premier vice-président (1971-1972) et a été élu membre honoraire en 1974.

Jérôme Ashby (1956-2007)

ashby.jpgJerome A. Ashby était connu comme membre de l'Orchestre philharmonique de New York, mais était encore plus vénéré en tant qu'enseignant, mentor et être humain. De nombreux collègues et étudiants le tiennent dans la plus grande affection. Il est décédé le 26 décembre 2007 après une longue lutte contre le cancer de la prostate. Il a déclaré que sa dernière année, lorsqu'il s'était rapproché plus que jamais de sa famille et de ses amis, avait été la meilleure de sa vie.

Jerome (connu également sous le nom de Jerome ou Jerry) était originaire de Charleston SC. Il a commencé ses études dans les écoles publiques de New York et est diplômé de la High School of the Performing Arts. Il a ensuite fréquenté la Juilliard School, où il était l'élève de l'ancien cor solo de la Philharmonie James Chambers.

Après avoir obtenu son diplôme de Juilliard en 1976, Jérôme est devenu cor solo de l'Orchestre de l'UNAM à Mexico. Là, il a rencontré et épousé sa femme, Patricia Cantu. Il a commencé son mandat avec le New York Philharmonic en tant que cor principal associé en 1979 à l'invitation de Zubin Mehta et a fait ses débuts en solo au Philharmonic en avril 1982.

En 1989, Jérôme a joué le quatrième solo de cor de la Neuvième symphonie de Beethoven lorsque Leonard Bernstein a dirigé des membres des Philharmoniques de New York et de Berlin dans une émission historique pour célébrer la chute du mur de Berlin.

W. Marshall Sealy, un pigiste à New York, se souvient d'avoir partagé la garderie avec Jerome quand ils avaient environ 10 ans. Plus tard, ils ont formé un quatuor de cors entièrement noirs avec Greg Williams et Bill Warnick. "Jerome a été mon inspiration, mon soutien pour être le meilleur corniste que je puisse être, mon modèle, ma motivation et mon ami le plus proche", a déclaré Marshall. Julie Landsman, cor solo au Metropolitan Opera et collègue de Jerome à Juilliard, a déclaré : « Lors du service funéraire, j'ai été frappée par le fait que presque tout le monde a appelé Jérôme comme « mon meilleur ami ». Le nombre de " meilleurs amis " que Jérôme avait est un témoignage certain de son cœur généreux."

Marshall a également commenté : "Peut-être qu'il n'était pas au courant, mais en raison de ses normes d'excellence élevées et de ses réalisations de premier ordre, il a ouvert de nombreuses portes professionnelles à d'autres cornistes afro-américains." Julie se souvient : "Nos discussions sans fin sur nos élèves ont été inestimables pour nous deux. Nous partagions une profonde préoccupation mutuelle pour nos élèves - un amour, vraiment, lorsqu'ils sont devenus nos enfants - et je chéris les souvenirs de ces moments avec lui." Alan Spanjer, deuxième cor de l'Orchestre philharmonique, a raconté : « Jerry était complètement dévoué à l'enseignement et à ses étudiants. pas ça.'"

Erik Ralske, troisième cor de la Philharmonie, a déclaré : « Jérôme m'a beaucoup appris sur le cor et sur la vie - parfois par l'exemple, parfois avec des mots concis mais doux, et souvent avec son humour. Son amour ardent de la musique et du cor est resté une source d'inspiration constante et il n'a pas été perturbé par les épreuves de la vie professionnelle." Howard Wall, quatrième cor de l'Orchestre philharmonique, a commenté : « L'une des choses que j'aimais le plus dans son jeu était ses belles insultes. C'était l'un des cornistes les plus assidus que je connaisse.

Récitaliste et chambriste actif, Jérôme s'est produit dans des festivals de musique du monde entier. Il a joué avec la Chamber Music Society du Lincoln Center et avec les ensembles philharmoniques de New York. Il a également joué dans le Gateway Festival à Eastman, un rassemblement de musiciens noirs, dont le Bach Brandenburg No. 1 et la Neuvième Symphonie de Beethoven.

Jerome était membre du corps professoral de la Juilliard School, de la Manhattan School of Music, du Curtis Institute et de l'Aspen Music Festival School. Il a été élu membre honoraire de l'IHS en 2007.

Des hommages prolongés à Jérôme apparaissent dans le numéro de mai 2008 de The Horn Call.

Lucien Thévet (1914-2007)

thevet.jpgLucien Thévet était le dernier des cornistes de l'école française traditionnelle et était appelé par un critique « Prince du Cor ». En plus de son jeu d'orchestre, il a interprété tous les grands répertoires solistes, créé des pièces composées et dédiées par Le Flem, Françaix, Passani, Landowski et le Poulenc. Élégie (accompagné du compositeur), et a donné les premières françaises de la Britten Serenade (1945 avec Peter Pears) et du Concerto de Strauss n° 2. (1950). Il a enregistré le Ravel Pavane huit fois et l'a joué en concert plusieurs fois. Son style incluait le vibrato, typique de l'école française.

Thévet est né en 1914 à Beauvais, France. Il a étudié avec son père, un musicien amateur, dès l'âge de six ans, et à 13 ans, il était soliste avec le groupe local. Il a étudié avec Raymond Carlier (pas un corniste, mais un musicien complet qui a joué plusieurs autres instruments) et plus tard avec Fernand Reine et Edouard Vuillermoz au Conservatoire de Paris, recevant un premier prix en 1937, et a été nommé cor principal du Paris Orchestre radiophonique.

Thévet a également été cor solo de l'Orchestre du Conservatoire de Paris (1938-1967) et de l'Orchestre de l'Opéra de Paris (1941-1974). Charles Munch lui a offert le poste de cor solo avec l'Orchestre symphonique de Boston, mais Thévet a refusé.

thevet_hand_positionDans un incident célèbre à l'Opéra de Paris, Thévet a été appelé sur scène pour de nombreux rappels après avoir joué le solo hors scène de Wagner Siegfried, un événement qui a été rapporté dans la presse. La presse a également salué son jeu en solo : « M. Thévet donne une impression de perfection avec sa confiance, un phrasé incroyablement souple et un son magnifique. Thévet a réalisé de nombreux enregistrements en solo en plus des enregistrements avec l'Orchestre du Conservatoire de Paris et l'Orchestre de l'Opéra de Paris.

Thévet a enseigné à l'École normale de musique de Paris, au Conservatoire du XIXe arrondissement et pendant 34 ans au Conservatoire de Versailles. Des étudiants sont venus du monde entier pour étudier avec lui. Thévet prendrait des étudiants à n'importe quel niveau. Il a enseigné aux étudiants débutants le diapason de concert et il a enseigné la transposition par clefs plutôt que par intervalles.

Thévet jouait un cor Selmer à pistons et à troisième soupape ascendante (décrit dans le numéro d'automne 1973 de The Horn Call). En 1950, il devient conseiller technique de la société Selmer, et en 1964 il dessine pour eux un nouveau modèle de cor.

Alphonse Leduc publie Thévet Méthode Complète de Cor (1949). D'autres publications comprennent Soixante études pour cor, Cinquante exercices de transposition pour cor, Soixante-cinq études de lecture à vue pour cor, Cent exercices rythmiques en deux et trois parties pour instruments de la clé de solet Transposition : une méthode pour les chefs d'orchestre, les joueurs et les arrangeurs.

Thévet a été fait chevalier des Arts et des Lettres, a été président d'honneur de l'Association nationale française des cornistes et a été élu membre d'honneur de l'IHS (1978). Le numéro de novembre 1995 de The Horn Call contient un hommage à lui à l'occasion de son 80e anniversaire ainsi qu'un article de lui. Deux hommages paraissent dans le numéro d'octobre 2007.

Image de la position de la main avec l'aimable autorisation de Pete Exline.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur, y compris l'état de connexion. En utilisant le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Ok